Chronobiologie et rythme scolaire

par consomouslim | La minute du doc

Sep 01

Les rythmes scolaires sont-ils en phase avec la chronobiologie ? Nous allons voir dans un premier temps qu’est-ce que la chronobiologie puis vous donner quelques repères afin d’équilibrer au mieux possible le rythme scolaire de votre enfant avec son rythme biologique.

Chronobiologie et rythme scolaire

Qu’est-ce que la chronobiologie ?

La chronobiologie est l’étude de l’organisation temporelle de l’être humain, des mécanismes qui la contrôlent et des conséquences de ses altérations. C’est l’étude des rythmes biologiques.

De nombreuses fonctions dans notre organisme subissent des modifications en fonction du moment de la journée. Nous pouvons citer à titre d’exemple : la température corporelle, la sécrétion de certaines hormones (cortisol, mélatonine etc.) Lorsque nous étudions un rythme sur une journée, il s’agit d’un rythme circadien. Il existe bien évidemment d’autres types de rythmes qui se régulent sur des périodes inférieures ou supérieures à 24 heures.

Un trouble d’un quelconque rythme biologique peut donc avoir des conséquences sur l’organisme. Il est donc essentiel de préserver ces rythmes biologiques afin de préserver une santé optimale.

Comment sont régulés nos rythmes biologiques ?

Ceux-ci sont à la fois régulés par des facteurs internes et externes. Les facteurs externes sont par exemple le changement d’heure, l’alternance jour/nuit, les changements de saison, le sommeil etc. Les facteurs internes sont appelés en langage courant « l’horloge interne ». Ce qui explique que certains peuvent avoir des troubles du sommeil, lors de décalage horaire important ou avoir une fatigue persistante. Ce sont leurs facteurs externes qui ont été perturbés.

Rythme scolaire et chronobiologie

Les capacités intellectuelles de vos enfants suivent un rythme biologique et notamment circadien et ont donc des variations en fonction du moment de la journée.

L’activité intellectuelle de chaque enfant suit un rythme classique à partir de 7 ans. Elle est à son apogée en matinée hormis la période appelée « inertie du sommeil » qui suit le réveil et qui s’accompagne donc d’une période d’hypovigilance. Elle décroît par la suite en début d’après-midi, on parle souvent de coup de barre post prandial à tort car ce n’est pas le repas qui occasionne cette décroissance (vous pouvez d’ailleurs le remarquer pendant les périodes de jeûne, vous ne mangez pas mais vous avez quand même ce coup de mou en début d’après-midi). Enfin l’activité intellectuelle remonte et redevient optimale en deuxième partie d’après-midi. Il s’agit d’un profil classique, il existe forcément une minorité d’enfants qui sortent de ce profil et qui ont donc un rythme différent.

En résumé, sur une journée, les performances de vos enfants sont optimales à partir de 9h environ pour décroître de 13h à 15h environ et redeviendront optimales vers 15h.

chronobiologie

Il en ressort également de ces études, que ces rythmes peuvent être désynchronisés lors de jour de repos supérieur à 36h surtout chez les enfants au CP (vers 6 ans), ce sont les fameuses difficultés à se remettre dans le bain le lundi matin après un long weekend.

On ne peut pas tout faire n’importe quand

Variations au cours de la journée

De ce rythme, il peut en découler qu’il est donc préférable de privilégier les activités d’apprentissage et d’acquisition dans les moments les plus favorables à savoir en matinée et en deuxième partie d’après-midi et de laisser les activités d’entretien de connaissances, les activités ludiques et artistiques, les travaux pratiques et/ou dirigés qui demanderont moins de concentration plutôt dans les moments où l’enfant est moins attentif c’est-à-dire plutôt en début d’après-midi. Pour les parents qui pratiquent l’IEF (Instruction En Famille), l’idéal est de prendre en compte la rythmicité de la vigilance de votre enfant pour organiser sa journée scolaire.

Retenez donc une seule chose : pas de matière fondamentale très tôt le matin avant 9h à cause de la période d’inertie qui suit le réveil et pas non plus en début d’après-midi. Pour les pratiques sportives, c’est sensiblement identique. Préférez les activités physiques intenses comme la course, le foot etc. en fin de matinée et milieu d’après-midi et les activités sportives moins intenses comme le yoga en début de matinée. Il a été démontré également que les enfants sont plus investis dans leur pratique sportive en fin d’après-midi lorsqu’il s’agit de sport collectif comme le foot, le basket etc.

Variations au cours de la semaine

Au cours de la semaine, les capacités intellectuelles de l’enfant ne sont pas les mêmes. En effet celle-ci sont moindre particulièrement le lundi du à la coupure du week-end et le samedi matin. Au contraire, celles-ci sont optimales le jeudi et vendredi. Donc pour l’organisation de votre semaine, préférez donc les activités d’apprentissage ces jours-là et évitez d’aborder des choses nouvelles ou les contrôles le lundi. Mais le plus important reste le rythme sur la journée.

Équilibrer rythme biologique et rythme scolaire :

2016-09-16-16_26_16-chronobiologie-et-rythmes-scolaires-word

Veillez en plus de tout cela à une bonne hygiène de vie en préservant le temps de sommeil nécessaire à vos enfants selon leur âge. Un sommeil de qualité est nécessaire afin de favoriser ses capacités attentionnelles mais également ses capacités mnésiques. C’est pendant son sommeil que votre enfant mémorise ce qu’il a acquis au cours de sa journée. Un manque de sommeil peut donc induire des troubles de mémorisation et d’acquisition.

Il existe encore trop peu d’études scientifiques sur le sujet pour statuer de façon sûre et certaine. Il semblerait que chaque enfant est différent face aux variations. Elles ne peuvent avoir peu ou pas de conséquences chez les enfants aux capacités intellectuelles importantes et au contraire d’importantes conséquences chez les enfants en difficulté d’apprentissage. Il existe donc un profil type avec un rythme « idéal » qui en découle mais qu’il faut bien entendu inscrire dans un tout en prenant en compte la personnalité et les difficultés de chaque enfant.

Pour aller plus loin :

Voici quelques lectures sur le sujet* :

<

Laisse un commentaire

Laisse un commentaire